Publié par : asdetrefle | 12 avril 2012

Le musée qui fait délirer mes ptits mecs

S’il y a bien un musée qui a plu à mes garçons et que je ne saurais trop vous conseiller, c’est le musée du Bourget.

Il faut dire qu’à la base, mes petits gars sont déjà intéressés par le sujet. Chez Papi et Maminou, le Livre des avions, c’est leur livre préféré (avec le « Livre des engins de chantier », un titre qui fait rêver…).

Il faut dire que Maminou est également assez branchée sur le sujet. Pour mémoire le jour des résultats du bac je l’attendais fébrilement. J’ai attendu longtemps pour que dalle: ma mère était parti en observation, ses jumelles autour du cou, pour voir Concorde, ce bel oiseau de métal, décoller.

Alors pour leurs soixante ans, à mes parents, avec mes frangins et frangines, on leur à offert un petit tour en l’air dans l’objet de leurs fantasmes. Pas jusqu’à New-York, quand même.

Maminou, pendant les déjeuners d’été, sur la terrasse, sa distraction préférée, c’est regarder les avions passer.

« C’est vent d’Ouest, ils se posent par le Nord… »

« Celui là il vient d’Afrique, regarde! »

Bref, tout ça pour dire que les ptits gars, quand ils rentrent de vacances, ils sont calés.

« He, Maman, tu sais pourquoi il a pris sa retraite, le Concorde? Il a roulé sur un morceau de fer et il s’est abimé ».

« Maman pas vrai que les fusées ça démarre tout droit? »

 » Maman, Maman, regarde, un avion de ligne!  »

?

« Ben, oui, il dessine un ligne en nuages! »

Donc le Musée du Bourget, il est pas loin de Paris, il est gratuit mais les visites d’avion sont payantes (pas cher). La visite prends quasiment toute la journée, il y a de nombreuse salles passionnantes, sur les premiers avions, avec des reconstitution, sur les fusées, l’espace. Il y a un restaurant qui fait aussi fast-food. Des ordinateurs avec des simulateurs de vol. Des salles sur les hélicoptères, avec une sacrée animation style « vous êtes les sauveteurs en mer »: Martouille n’arrêtait pas de faire des aller-retours entre sa banquette et la porte, pour savoir si nous avions réellement décollé!

Dans notre palmarès de sortie, le Musée du Bourget restera un grand moment en famille.

Publié par : asdetrefle | 10 avril 2012

Bourgeon

Pourquoi elle revient, vous vous dites?

Est-ce des façons, ce papillonnage bloguesque?

Laissez moi vous expliquer: me revoilà parce que c’est le printemps.

Image

C’est le printemps et c’est la saison des papillons. C’est le printemps et une cabane à papillon attend ses habitants dans le jardin. C’est le printemps et mon coeur papillonne.

C’est le printemps et Léonard la tortue a repointé le bout de son nez; ouf, elle n’est pas restée enterrée congelée!

Image

C’est le printemps et les jours rallongent, c’est le printemps et les primevères le claironnent en colorama.

C’est le printemps et tous mes projets sont chamboulés.

C’est le printemps et je prévois d’avoir du temps bientôt pour plus de légèreté.

Alléger mes pensées et alourdir mon corps.

C’est le printemps et j’ai un bourgeon dans le bidon.

Publié par : asdetrefle | 2 avril 2012

Mieux que le coiffeur ou l’esthéticienne

– Les enfants, on sort, vous avez été bien sages (et j’ai la flemme de cuisiner) alors on va aller manger au Mac Do!

– T’es belle, Maman!

.

.

.

Si jeune et déjà si manipulateur…

Publié par : asdetrefle | 31 mars 2012

Son sens de l’esthétique

Martouille est en visite chez le pédiatre. SON pédiatre, expert es psychologie enfantine. Il fallait voir Martouille, tout emboutonné de varicelle fraiche, en visite chez un AUTRE pédiatre, sur notre lieu de vacance: l’enfant horrible et odieux incarné.
« Je veux MON docteur! »
Mais il faut dire que SON docteur lui offre toujours 1 bonbon, voire même 2 s’il y a eu une piqure. Il sait y faire, celui-là.
Bref, visite chez SON docteur, la soixantaine, du poil dans les oreilles:
Docteur: « Martouille fait 1m01 et 15 kg. C’est un beau garçon ».
Martouille: « Toi aussi, t’es beau. »

Autre temps, autre lieu: Papa et Maman s’éclipsent, la baby-sitter arrive. Les ptits gars sont lavés, ont mangés, plantés devant un dessin animé.
BS: « Bonjour les enfants! »
Martouille: « T’es même pas belle! »

Quel sens de l’accueil!
Il va falloir que je fasse vérifier sa vue, aussi je crois.

Publié par : asdetrefle | 29 août 2011

Acharné

En rentrant du centre de loisirs tous les 3, on se donne la main. Soudain a ma droite, ça tire un peu sur mon bras, c’est moins confortable.

Je me retourne vers Martouille: 4 doigts dans ma main, le pouce dans la bouche, il marche.

.

Pendant les vacances, on a laissé les ongles pousser, et à la fin, quand je voyais mes 2  bouchons-flotteurs, bronzés, un large sourire leur fendant la poire, monter et descendre au gré des vagues, et de leur nage de petit chiens se rapprocher de moi, avec pour cible un agrippage en règle,  au lieu de savourer ce moment de pure joie, c’était « Meydey, Meydey, 40 ongles pointus à l’horizon »

Bref, dès le retour, adieux ongles longs et noirs! Je saisi mon coupe-ongle radical et chope mes petits l’un après l’autre.

Main gauche de Martouille: le pouce, l’index… je tire la langue, concentrée pour ne pas lui faire mal. En arrivant au majeur j’élargis mon champs de vision: Monsieur suce son pouce fraichement raboté pendant que je taille le reste de la main!

.

Je préfère ne pas penser au moment où il faudra lui dire d’arrêter.

Publié par : asdetrefle | 27 août 2011

Courir, éliminer, manger!

Martouille n’a toujours pas bien compris pourquoi des fois j’enfilais mon short et mes baskets avant de claquer la porte, et de revenir 30 min plus tard, rouge et essouflée.

« Moi aussi je vougra faire du sport, Maman! Avec mes baskets qui courent cré cré vite, je vas courir comme toi. Mais pour faire du sport, il faut courir sur les trottoirs! »


Pendant que je me douche, il fait le fou dans la salle de bain et avant de se coincer le doigt dans la porte, il se perche sur la balance:

« Je fais combien d’euros, Maman? »

Comment a t’il su que j’envisageais parfois de le vendre?

.

Après l’effort, le réconfort, on lit la belle au Bois dormant, et j’apporte mes commentaires hyper-constructifs:

« Regarde, le Prince, il ressemble à celui qui est sur la boite de biscuits! »

« Pépito? »

Hé, les princes! Pour l’hiver 2011, plutôt qu’une bête couronne, sachez qu’un chapeau mexicain fera twister votre costume!

Publié par : asdetrefle | 19 août 2011

A vélo et en famille, le long du canal de Nantes à Brest

Ce jour là, nous sommes partis de Rohan, bien décidés à laisser derrière nous le bruit et les pots d’échappement, pour pédaler au bord de l’eau.

Etape 1: Rohan-Josselin

Etape 2:  Josselin – Malestroit

Etape 3:  Malestroit-Redon

Etape 4:  Redon – Arzal

Nous avons préféré être modestes concernant la distance des étapes, sauf pour l’étape 4 que nous avons largement sous-estimée, la traitresse.

Dans ma petite tête d’azuréenne exilée à Paris, jamais je n’aurai imaginé qu’il pouvait y avoir sur terre un endroit aussi calme.

Victouille et Martouille se sont très vite approprié leurs petites bulles à roulettes.

Quitte même à y faire un petit somme.

Et j’ai sentis dans ma tête, pourquoi l’eau a une importance si grande dans les jardins zen bouddhiques; sa proximité a un effet apaisant incroyable.

Si vous en avez marre de voir des photos de mes fesses, vous le dites.

(Roi de Coeur ça ne l’a pas dérangé, lui).

Les éclusiers rivalisent d’habileté pour avoir l’étape la plus fleurie.

Nous avons croisé quelques bateaux.

Les loupiots ont été sages pendant que leurs parents transpiraient, pédalaient et soufflaient. Et complètement surexcités après, il faut bien se rattraper ; pendant que leurs parents auraient aimé se reposer.

Josselin voilà les Ouille en vadrouille! Nous sommes arrivés en début d’aprés-midi, et après avoir posé les vélos et nos affaires dans la chambre d’hôtes, nous avons pu visiter le village, et le château où il y a 5 générations, le cocher et la cuisinière ont vécu une idylle qui a donné naissance à l’arrière-grand-mère de mon Roi de Coeur.

Chateau qui est toujours la propriété de la famille de Rohan, et dont les fils ainés, une génération sur 2, s’appellent une fois Josselin, une fois Alain. De quoi simplifier le dilemme du choix du prénom!

 

 

 

Une grimpette jusqu’au sommet du clocher, une balade dans les ruelles;

Une galette complète avec une bolée de cidre, et au lit, d’autres aventures nous attendent demain!

 

Publié par : asdetrefle | 25 juillet 2011

Une trêve entre 2 départs

Ce matin, les Ouille se sont levés aux aurores. 5h. Dans une nuit noire parsemée d’étincelles étoilées, comme ils n’ont pas l’habitude d’en voir en leur banlieue. Petit matin frisquet, voiture parée des ses attributs de voyage: porte-vélo, thermos de café, prête à affronter le bitume désert et les brumes de l’aurore.

Voilà, on est rentrés. Tôt, car sinon les cyclistes terminant la Grande Boucle allaient bloquer notre portail.

Les hommes de la famille en ont profité pour aller les saluer, et revenir avec des casquettes blanches à pois rouges; puis on a joué, siesté, jardiné et barbequeté.

Et ma révélation du jour, c’est que c’est bien agréable, d’être en vacances chez soi!

Cette semaine que j’appréhendais: « Comment se remettre à fond dans le boulot pour 5 jours seulement? »  finalement, je la sens différemment. Boulot service minimum; et l’ambiance va être vacances à domicile,  sortir tôt, boire du rosé en duo,  manger des glaces en loucedé quand les enfants sont couchés, voir les copines, trier les photos, refaire mon vernis, préparer les prochaines valises.

Au passage, le trip à vélo s’est super bien passé, et vous raconter tout ça fait partie de ma liste-plaisir!

Bonnes vacances à domicile, celles qui sont encore chez elles! Et bonnes vacances tout court aux autres!

 

 

Publié par : asdetrefle | 1 juillet 2011

Itinérance

Elles approchent, les vacances ! Elle approche, notre aventure. Et c’est peu de dire que je suis impatiente. Car cette année, nous partons sur les routes, tous les 4 ! De pique-nique en chambre d’hôtes, d’écluse en village touristique, nous allons faire des sauts de puce sur la carte top 25. Sur les chemins bretons, Roi de cœur et moi allons pédaler, et tracter notre progéniture qui sera confortablement calée dans des carrioles. Les pneus sont gonflés, on a jeu de chambre à air et des rustines, nos cuisses sont affutées (heu.. bientôt…). Les gites sont réservés, les carrioles montées, le test-tour effectué. On est prêts ! Il ne reste plus qu’à compter les jours ! J-15.

Publié par : asdetrefle | 28 juin 2011

Règle n°1 : Ne jamais dévoiler ses failles.

Fête de la crèche, discussion sympa avec d’autres parents. Nos enfants ont le même âge, ils vont aller dans la même école. On se trouve plein de points communs. Le punch aidant, on passe au tutoiement. On mange des merguez, on se remémore les moments marquants de 5 années dans cette crèche, qui vont bientôt se terminer. On est bien.

Jusqu’à ce que Robert, un peu trop mis en confiance, lance la question-qui-tue:

« Alors, qu’est-ce-que vous trouvez le plus dur, depuis que vous avez des enfants ? »

Roi de Cœur : « Ben… Rien. Pourquoi? ».

Tout à coup, la conversation a tourné court. Quel joueur de poker, mon mec !

Older Posts »

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.