Publié par : asdetrefle | 20 mai 2011

Ben alors, tu viens plus aux soirées…?

Victouille a été invité à son premier anniv’ de copain. Trop trop fier, qu’il était. Il a découvert les coutumes de cette cérémonie étrange à base de ballons et de haribos. Nous aussi en avons profité pour nous renseigner, car j’ai cru comprendre qu’on était bons pour passer bientôt du coté du comité d’organisation.

« Vous serez combien,à l’anniv, Victouille? »

« Heu… (compte sur ses doigts) …17″

(Putain de merde….! )  « Ha bon, rien que ça? Et qui vient? »

« Moi, Martouille, toi, Papa, Léane, son frère, sa soeur… »

(OK. Ouuuuuuf.)  

« Non en fait tu sais toute la famille n’est pas invitée, mon chou! »


Puis la veille.

« Viens, Victouille, on va emballer le cadeau pour ton poto. « 

« NON !!! Pas de Playmobils que t’as choisis!!! Je veux lui offrir un JOUET-A-MOI-QUE-J’AIME-BIEN !!! »

« C’est trés gentil, ça, mon bonhomme, mais ils sont un peu balafrés/crados, tes JOUETS-A-TOI-QUE-T’AIMES-BIEN!!! »


Arriva finalement l’affreux moment où il fallut lui sommer de quitter le groupe d’excités hurlants. J’étais de corvée, accompagnée par Martouille qui comptais bien en profiter pour s’incruster/bouffer des bonbecs. Devant l’entrée, je croisais divers parents inconnus.

Ah, une tête connue!

Je sorti mon plus charmant sourire, comme chaque fois que je suis intimidée, et me suis approchée de Barak’O’Papa.

« Bonjour! J’étais habillée en clown, la dernière fois qu’on s’est vus! »

Flinguée. Une rafale de mitraillette envoyée par les yeux de Barak’O’Mama m’a décapitée.

(Pas possible, elle est pas en train de croire que….. J’ai une tête de salope, aujourd’hui? )

  

« Ben oui, c’était au carnaval de l’école! Et vous, vous étiez en cow-boy! »




Publié par : asdetrefle | 18 mai 2011

J’ai envie de chanter

Elle est pas commode, elle est pas réaliste

Elle est pas pas parisienne,

Léa

Elle est passionnée, les abeilles la font triper,

Elle est pas passive, elle est pas inactive,

Elle est pas insecticide,

Elle est pas sale, elle est pas propre non plus,

Léa,

elle est pas calme, elle est pas fermée,

elle est pas seule sur terre,

Elle est d’la région PACA, elle est pas bornée,

elle est pas pas égoïste, elle cultive les amitiés,

Léa

Elle est pas anorexique, elle est pas cuisine moléculaire,

Elle est proche de la terre.

Elle est alguivore, elle alpiniste,

Elle est pas plan-plan, elle est baroudeuse,

Elle est pas boudeuse.

Elle est pas triste,

Et ça j’vous l’ai pas pas déjà dit,

Léa, elle est ma ptite soeur

Et putain, elle est en cloques!

Publié par : asdetrefle | 12 mai 2011

Grosse promo sur les bisous

Y’en a un chez nous, qui était surnommé Mr Piscine. Non, c’est pas parce qu’il sent la javel sous les aisselles, mais parce que sa rengaine préféré, c’est toujours:

« Maman je vais te dire un secret: Tu sais, je vougra aller à la pichine. »

 

 

Ensuite, il s’est appelé Mr Quoi.

Parce que « Martouille tu viens t’habiller? « 

« Quoi? »

« Martouille, je te lis une histoire?

« Quoi? »


 

Et depuis quelques jours, il s’appelle Mr Bisou.

Bisou du matin:

« Je pleure parce que Victouille il veut pas me faire un bisou avant d’aller à l’école, je suis cré cré criste. »

Et bisous du soir:

« On y va Martouille, on rentre à la maison? »

« Attends, j’ai pas fait des bisous à mes copains! Thibaud, tu veux un bisou? Léane, un bisou? Sasa, un bisou et un câlin? Attends attends, Maman, j’ai oublié Ovado! »

 Dorénavant j’irai le chercher le dernier, ce socialite.


Publié par : asdetrefle | 10 mai 2011

Ce que lisent les hommes

Roi de Coeur, vous l’ai-je déjà précisé,  ne lit quasiment jamais, excepté des modes d’emploi et des forums où il est questions des avantages versus inconvénients, associés à des supputations sur la future date de sortie, des nouveautés d’une marque en forme de pomme.

A la période de Noël, quand on discute de cadeaux, j’entends souvent de sa part: « Non mais tu vas pas offrir un livre, c’est vraiment pas un cadeau, ça! »

C’est pour vous dire s’il a été heureux, quand il a déballé le paquet offert par ses collègues, contenant un monument de la littérature française:


Depuis, il me supplie à genoux: « Lis-le, s’il te plait, et fais moi un résumé, pour que je puisse faire semblant de l’avoir parcouru… »

Récemment, je dévoilais à une copine ce secret de notre couple: « Voilà comment obtenir tout ce qu’on veut d’un homme: Pour le mien, il suffit d’une promesse d’aller jusqu’à la page 4. (Merci, Guy.) »

Et elle me racontais qu’un client, dans un moment d’égarement sans doute, avait offert à son mari (qui est un putain de macho NDLR) un fabuleux bouquin. Il l’a remercié très sincèrement, cela va sans dire:


Et dans vos pays, ils lisent quoi, les hommes?

Publié par : asdetrefle | 2 mai 2011

Délation

  
 
 Victouille et Martouille, fraichement de retour d’une semaine chez Papi et Mamie; leurs parents ont passé une super semaine de vacances, alternant restos et  glandouille, ça c’est acquis.

  Et les enfants?

 « Vous avez passé une bonne semaine, les gnous? »

 A l’unisson: « Oui!! Et même que dans la voiture Papi ne nous attachait jamais! »

Publié par : asdetrefle | 29 avril 2011

Cadeau de naissance

Nous avons suivis les hauts et les bas de ces Mamans pleines à la plume déliée, au fur et à mesure qu’elles s’arrondissaient,  ces 9 derniers mois. Puis de magnifiques bébés sont nés. J’en ai été toute remuée, j’en suis encore toute heureuse.

Par contre, j’ai cru comprendre que leurs Mamans n’avaient pas d’Iphone (voire pas de téléphone portable du tout, quel snobisme!).

Dommage, parce que sinon, j’aurais su quoi leur offrir:

Publié par : asdetrefle | 27 avril 2011

J’ai lu: L’ombre du vent

 

Sur la couverture de mon bouquin, il y a écrit:

« Si vous avez le malheur de lire les trois premières pages de ce roman, vous n’avez plus aucune chance de lui échapper »  Lire.

Bon ben Lire, ils déconnent un peu, là. Ca fait au moins 2 ans que le livre squatte l’étagère, et j’avais plusieurs fois lu les 3 premières pages. A chaque fois, j’avais mille raisons d’abandonner le malheureux ouvrage à la poussière. Ca n’est pas cette entrée en matière tarabiscotée et fantasmagorique qui m’accrochait, mais alors, pas du tout. Moyennement emballant, l’histoire d’un pauvre et naïf orphelin de 8 ans, un peu fusionnel avec son père, à qui celui-ci fait découvrir le cimetière des livres oubliés….

C’est genre Brisby et le secret de Nimh ou Harry Potter, cette histoire?  Je pensais.

Mais régulièrement, j’entendais parler de ce best-seller aux 12 millions d’exemplaires vendus, et me disais que j’aurais du m’accrocher pour avoir le fin mot de l’histoire.

Alors, pour occuper 23h de transhumance dans 70 cm2, (11h jusqu’à LA, 6h d’escale, c’est reparti pour 6h, Honolulu, ça se mérite!), j’ai emporté le livre.

Qui m’a  bien occupée, à l’aller, ET au retour, il s’est lâché sur le nombre de pages, Carlos!

Verdict: Au bout de la cinquantième page, finalement, j’ai été happée par l’histoire. Une histoire à suspens, dans un Barcelone embrumé par la guerre, avec des personnages attachants. Allez, je le mets dans la catégorie « Bons bouquins », mais ce n’est pas un énorme coup de coeur.

Publié par : asdetrefle | 25 avril 2011

La maison en carton

Sous titre : Please, rassurez moi sur la santé mentale de mon époux

Je vous ai déjà parlé de la maison en carton modulable de Victouille et Martouille.  Mais aujourd’hui c’est de notre maison à nous dont je veux vous parler, la maison familiale.  Pour mémoire, on s’est installé ici voilà bientôt un an, nous avons fait pas mal d’emménagements, et nous avons encore plein de projets.

Voilà le premier : installer un poële à bois. Il nous faut bien ça pour survivre à l’hiver parisien. Un petit coin où se mettre au chaud et regarder les flammes. Je me suis un peu lassée d’enfiler 3  polaires en rentrant le soir (Ben si, y’a le chauffage, pourtant !) .

Nous sommes donc en pleine phase d’étude de marché, nos WE en amoureux sont des tournées des fin-fonds de différentes zones industrielles de banlieues variées, voir les modèles, discuter avec le marchand X et le vendeur Y, négocier les tarifs.

Pas facile de choisir. Alors pour concrétiser le machin, Roi de cœur a fabriqué nos 3 poêles préférés en carton,  et ils tournent à tour de rôle au milieu du salon. Vous préférez lequel ?


Vous commencez à cerner ? Roi de cœur n’est pas homme à faire des achats impulsifs ; je compense pour nous deux. Il trouve complètement inconséquente, par exemple, la façon dont, quand j’ai besoin d’un grille-pain: je vais chez Darty, je prend un grille pain, je paye, je pars.  Sans avoir bossé le concept, les fonctions, comparé les prix….

Notre second projet, c’est une grille pour une des fenêtres du sous-sol, histoire de laisser les volets ouverts quand nous ne sommes pas là. Depuis que nous avons été cambriolés, prudents  nous sommes devenus…

Devinez ce qu’a fait Roi de Cœur ?

suspens

Après avoir, évidemment,  passé les vacances sur un tableau Excel synthétisant l’écartement des barreaux en mm, ainsi que la largeur des-dits barreaux.

« Mais tu n’as pas répondu  à ma question ! tu préfères le 5mm ou le 6mm ? Mais tu t’en fous ou quoi ? »

« Heu, comment te dire… »

….


Rassurez-moi : les vôtres sont pareils ?

Publié par : asdetrefle | 22 avril 2011

Honolulu Turlututu

  La semaine dernière, c’est Roi de Coeur qui accompagnait les ptits Ouille à l’école. Laissons les intéressés vous expliquer, ils ont tout capté:

 V: « Ben oui, parce que Maman elle est partie travailler avec des gens qui font le même métier qu’elle. »

 M:  » Ma Maman elle travaille à Honolulu ».

 V: « Même qu’elle travaille la tête en bas! « 

Limpide, non? Comme l’eau de Waikiki, Tirlititi.

Alors c’est vrai, j’ai un poil travaillé.  Mais dans les salles de congrès, ça manque un peu de soleil! Alors j’en ai profité, j’ai rougi, j’ai crâmé, j’ai même un peu bronzé. Et puis aussi j’me suis baladée.

Hawai est constitué d’iles volcaniques et coralliennes. Honolulu, la capitale, est super urbanisée, mais dès qu’on s’éloigne de la ville, l’ile redevient sauvage.

 


Malgré les 22h de voyage, une invitation à Hawai, c’était impossible à refuser pour une ancienne abonnée à Planche Mag’! Les surfeurs musclés, ce n’est pas ce qui manquait. Ah mais moi je ne m’intéresse qu’aux windsurfeurs, en fait.

Gros poissons parmi les petits poissons, nous avons nagé des heures en admirant les crustacés fluo-argentés se faufiler entre les coraux. Retrouvant la condition de nos ancêtres mammifères aquatiques, ondulant et pirouettant dans les vagues, nous avons même aperçu une tortue et nagé avec elle. Spectacle époustouflant de grâce.

Tu l’as vue, la tortue?


Dès qu’on s’éloigne des cotes, c’est vite la montagne et la jungle, et sur les sentiers on peut imaginer que notre avion s’est crashé sur une ile déserte, qu’on entend des bruits bizarres, qu’on a peur et qu’on est complètement Lost (c’est là-bas qu’a été tournée la série). 

C’est ainsi, qu’à Honolulu je me suis plue!


Publié par : asdetrefle | 31 mars 2011

Coup de maître

Alice, c’est une des mes cousines, et dans son sillage pousse une couvée de 3 poussines. Lorsqu’on s’est vues récemment, comme trés souvent avec les copines qui ont des enfants, la conversation a tourné comme ça:

« Alors, comment tu fais, toi? Comment tu t’organises? Comment ça se passe au boulot? »

Parce que jongler, on le fait toutes, mais les ptits trucs des autres sont toujours bons à prendre. Le télétravail, par exemple, est une super solution pour gagner du temps, au moins 1 ou 2 jours par semaine, surtout si on a des trajets longs. J’en rêverais, ça m’éviterait de zig-zaguer entre les poids lourds, en scooter sur le périf. Mais mon job de palpeuse nécessite une présence physique et une disponibilité in situ. A priori cette option n’est pas valable pour moi. Quoiqu’il y aie, à l’hôpital, de plus en plus de tâches administratives et de secrétariat, et qu’éventuellement en les regroupant….

Revenons-en à Alice, qui travaille comme comptable pour une grosse boite à la Défense, et habite en banlieue. Dans son taf, y’a des coups de bourre au moments des bilans comptables, tous les trimestres. Son employeur l’a appelée pendant son congé mat – de 6 mois- pour qu’elle donne un coup de main à ces périodes là, en septembre et en décembre. Illégal, mais difficile de refuser…

Putain, c’est dingue. Y’en a qui n’hésitent pas à abuser… Mon indignation commence à s’emballer silencieusement.

En janvier, Alice est retourné bosser.

« Cher Boss, avez vous apprécié le travail fourni en septembre et en décembre? »

« Bien sûr, excellent boulot, chère collègue. »

 » Vous avez donc pu constater que je suis efficace quand je travaille chez moi? J’aimerai beaucoup télé-travailler les jeudi-vendredi, dorénavant. »

C’est ainsi qu’aujourd’hui, en fin de semaine, Alice peut se lever moins stressée, accompagner ses filles à l’école, éviter le nez bouché dans le RER bondé. Et être là à la sortie de l’école le soir.

ALICE  1 – BOULOT 0


« Newer Posts - Older Posts »

Catégories